Haut de page
Identification
Story (les inconnus)
Les Inconnus font les chiffres et les lettres polonais
Envoyé par kenivore, il y a 7 ans
Voici le sketch "Les chiffres et les lettres polonais" du trio comique Les Inconnus.


Les Inconnus est le nom du trio comique réunissant Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus. Au début, ils étaient cinq avec Smaïn et Seymour Brussel qui quitteront le groupe plus d'un an après sa création.

Ce sera donc un trio qui deviendra très populaire durant les années 1990 grâce à sa célèbre émission parodique La Télé des Inconnus, dont certains sketches furent également mis en scène lors de leurs spectacles.

Ils se séparèrent au milieu des années 1990, au pic de leur célébrité, à cause d'un différend juridique avec leurs ex-managers et producteurs Paul Lederman et Claude Martinez. Les trois acolytes ont toujours été et restent encore aux yeux du grand public associés au nom des Inconnus que cela soit contractuellement le cas ou pas. Ce contentieux reste largement ignoré du grand public.
Favori
Post-it
Signaler
Facebook
Twitter
Google+
Quelques autres stories sur le même sujet
Precedent
Hasard
Suivant
La random quote ?!
On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.
- FRANÇOIS RUFFIN - Fakir.