Haut de page
Identification
Story (docu)
L'origine du Sida
Envoyé par zenbzen, il y a 7 ans
La course au vaccin serait à l’origine de la catastrophe qui ravage aujourd’hui l’humanité entière. En effet, au cours des années 50, les Etats-Unis luttent de façon acharnée contre la polio, un fléau qui fait des dégâts au sein des enfants. Cette situation va conduire à une course effeinée pour la recherche d’un vaccin entre les plus grands scientifiques dont notamment Jonas Salk, Albert Sabin et Hilary Koprowski.

En février 1950, Hilary Koprowski est le premier à tester son prototype de vaccin oral sur un enfant américain de Letchworth village.

Cinq ans plus tard, soit le 2 avril 1955, c’est autour du vaccin de Jonas Salk d’être homologué. Celui-ci exige trois injections et une campagne de vaccination de masse va suivre cette homologation aux Etats- Unis (90 millions d’Américains seront vaccinés).

Le 23 avril de la même année (1955), c’est un drame autour de cette vaccination antipolio : 260 enfants ayant reçu le vaccin Salk tombent malades, onze d’entre eux en meurent. Des lots de vaccins provenant des laboratoires Cutter (en Californie) étaient défectueux : ils contenaient encore du virus vivant. Or, pour rappel, le vaccin de Jonas Salk, homologué, est un vaccin qui utilise un virus inactivé, autrement dit « tué ».
Dès le mois de mai 1955 (jusqu’en 1960), la course au vaccin est relancée entre Albert Sabin, au Children’s Hospital Research Foundation (Cincinnati), et Hilary Koprowski, d’abord au Laboratoire Lederle (Pearl River, État de New York) puis au Wistar Institute de Philadelphie.

De 1958 à 1959, Albert Sabin teste son vaccin oral, à base de virus vivant atténué, sur 6 millions d’enfants en URSS. De 1957 à 1960, Hilary Koprowski teste, de son côté, son vaccin expérimental « CHAT » sur 1 million d’Africains du Congo belge.

En novembre 1958, Albert Sabin analyse le vaccin « CHAT » de Hilary Koprowski et découvre qu’il est instable et contaminé par un virus inconnu. Au cours du même mois, l’OMS désapprouve dans une lettre confidentielle les campagnes de vaccinations de masse menées par Hilary Koprowski au Congo belge. Deux ans plus tard (printemps 1960), le vaccin oral d’Albert Sabin est homologué et utilisé dans le monde entier pour les campagnes de vaccinations antipoliomyélite de masse.



Voici en quelques mots où pourraient déjà se situer les origines du SIDA.

Sida : 26 millions de morts, 40 millions de personnes contaminées. L’épidémie la plus dévastatrice de l’histoire ravage notre planète depuis plus de 20 ans et pourtant son origine reste encore un mystère. Cependant la communauté scientifique est unanime : le virus du sida est né en Afrique et son ancêtre direct est présent chez les chimpanzés. Reste une énigme : comment le virus est-il passé de l’animal à l’homme ? De nombreuses théories ont été avancées et réfutées...

Aujourd’hui, seules deux hypothèses subsistent. La première suggère qu’en 1931, selon les calculs de la généticienne américaine Bette Korber, le virus du chimpanzé aurait contaminé un être humain qui consommait l’animal. Mais alors que les Africains mangent du singe depuis la nuit des temps, pourquoi cette transmission soudaine ?

La seconde suggère que le virus du sida serait le produit accidentel d’un vaccin oral contre la polio administré à un million d’Africains dans l’ex-Congo belge de 1957 à 1960 aux endroits mêmes où, une décennie plus tard, on détecte les premiers cas de sida dans le monde. Face à cette dernière théorie qui dérange, le petit univers de la grande Science est partagé entre l’examen de conscience et la dénégation : difficile d’admettre que la médecine ait pu, en combattant une maladie, créer un fléau bien pire encore. Ressuscitant les souvenirs des témoins, exhumant des archives inédites et suivant une incroyable quête de la vérité, ce film plonge le spectateur dans l’histoire d’une controverse scientifique sans précédent.



Ce sera en 1985, à la suite des travaux entre autres du chercheur André Nahmias que l’on commencera à suivre la progression d’une maladie dont la caractéristique particulière est la destruction des défenses immunitaires de l’organisme. Tous les malades atteints meurent de petites maladies comme la diarrhée. On l’appellera SIDA. La contamination la plus directe se fait par contacte sanguin avec le malade porteur du VIH, même si la maladie ne se manifeste pas encore. C’est cela qu’on appelle être SERO-POSITIF.

En somme, retenons un nom d’Hilary Koprowski. C’est lui qui était responsable de la vaccination de milliers d’enfants à partir d’un vaccin fabriqué à base des cellules extraites des reins de singe. Retenons aussi un virus inconnu et dangereux retrouvé dans les vaccins d’Hilary Koprowski par Albert Sapin : c’est lui qu’on nommera plustard VIH, à l’époque totalement inconnu.

Retenons aussi la date de 1985. Ce n’est pas la date de l’apparition on ou de la découverte du virus, mais c’était la véritable 1ière fois que les scientifiques avaient établi un lien entre le VIH et le SIDA. En effet, le VIH est responsable du SIDA, et enfin retenons un pays, le Congo Belge, l’épicentre du VIH. C’est-à-dire là où l’e virus est né pour se propager dans le monde entier.

Source : http://www.thotep.com
Favori
Post-it
Signaler
Facebook
Twitter
Google+
Quelques autres stories sur le même sujet
Precedent
Hasard
Suivant
La random quote ?!
Plus les sentiments sont distants, plus les politesses sont nombreuses.
- Proverbe chinois