Haut de page
Identification
Story (actu)
Comptage des manifestants par l'État
Envoyé par kenivore, il y a 6 ans
On le savait évidemment mais les langues se délient et ça commence à sérieusement grincer parmi les policiers : leur hiérarchie minore sciemment le nombre de manifestants pour des raisons politiques. L’UMP fait un sort à la neutralité de l’Etat pour mettre son appareil entièrement au service de sa propagande.

Nous étions hier dans les rues de Marseille : un monde fou, davantage encore que les fois précédentes. Là-dessus, le ministère de l’Intérieur est d’accord : il donne un nombre de manifestants supérieur à celui qu’il avait estimé lors des défilés des dernières semaines. Mais son honnêteté s’arrête-là. Alors que les syndicats annoncent 230 000 personnes, la police avance le chiffre de... 24 500 ! Une minoration si outrancière qu’elle en devient grotesque ! C’est bien pourquoi le syndicat policier Unité SGP Police/Force Ouvrière proteste officiellement :

Alors même que la mobilisation s’amplifie, la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône s’épuise à dévaloriser le nombre des manifestants. Ce « procédé comptable » qui confond les limites entre politique et service public est inacceptable. Ce ne sont pas les fonctionnaires de police de terrain chargés de procéder à ces évaluations qui sont en cause. A force d’oublier que le rôle de la police nationale est de livrer des estimations pertinentes à l’appui d’un constat réel, et par voie de conséquence de travestir avec le plus grand des mépris la contestation sociale, ce sont les services de police que l’on finit par ridiculiser.


Ce coup de gueule véhément du syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix est complété par une information d’Europe 1 :

A Marseille, les policiers auraient en fait compté au moins 100 000 manifestants


Les responsables policiers auraient donc sciemment divisé par plus de quatre le chiffre donné par leurs hommes. Le cas de la cité phocéenne est exemplaire parce que particulièrement flagrant, mais le reste du pays est à peine logé à meilleure enseigne. Une pratique révélatrice d’une grave dérive : tenter de manipuler les masses en diffusant des chiffres mensongers est en principe l’apanage des régimes totalitaires. Sommes-nous encore en démocratie quand la propagande du parti au pouvoir utilise les services de l’Etat pour nier la réalité ?

Ils vont encore nous dire demain qu’il y avait 20 000 personnes, prédisait hier un manifestant. Mais qui va les croire ? On n’est pas en Corée du Nord, en Russie ou en Chine !


Non, en Sarkozie. Et ça suffit.



Je me permets de joindre à cet article cette vidéo qui résume bien les faits !

Favori
Post-it
Signaler
Facebook
Twitter
Google+
Quelques autres stories sur le même sujet
Precedent
Hasard
Suivant
La random quote ?!
Les hommes, fripons en détails, sont en gros de très honnêtes gens : ils aiment la morale.
- Montesquieu