Haut de page
Identification
Story (actu)
Microsoft Word banni des États-Unis
Il y a 10 ans
Microsoft est victime du système des brevets logiciels : son traitement de texte Word a été interdit à la vente et à l'importation par un juge texan. L'éditeur va faire appel.


Word est purement et simplement interdit à la vente et à l'importation aux États-Unis. Le juge texan Leonard Davis a ordonné à Microsoft de stopper la vente de son célèbre traitement de texte, pour toutes ses versions capables d'ouvrir et de modifier des fichiers XML contenant des macros (.xml, .docx, .docm). Pour faire simple, il s'agit non seulement des versions 2003 et 2007, mais aussi de la future version 2010 de Word, intégrée à la suite bureautique Office, qui violent toutes un brevet déposé par la société canadienne i4i Inc..

L'arroseur arrosé

Les réactions de consommateurs n'ont pas tardé sur les forums spécialisés : alors que le géant du logiciel est un fervent adepte du brevetage logiciel sauvage, la communauté Web se moque aujourd'hui de l'arroseur arrosé. Source : lepoint
Favori
Post-it
Signaler
Facebook
Twitter
Quelques autres stories de la même catégorie
Precedent
Hasard
Suivant
La random quote ?!
On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.
- FRANÇOIS RUFFIN - Fakir.