Haut de page
Identification
Story (docu)
Les abus de pouvoir de l'administration
Il y a 8 ans
Plus de 4000 véhicules banalisés appartenant à différents services de l'Etat ont été flashés pour excès de vitesse en 2004, sans être inquiétés. La même année, l'administration française a été mise en cause dans 149 000 affaires et n'a été condamnée que dans un cas sur quatre seulement. Préfectures, conseils généraux, ministères et mairies parviennent ainsi à s'affranchir des lois. Une enquête publique sur des risques liés aux OGM a par exemple été bloquée par le ministère de l'Agriculture. Une enquête au coeur de la machine administrative française, dont les abus de pouvoir s'apparentent souvent à un déni de la démocratie : dans d'autres pays européens, les citoyens peuvent en effet demander des comptes à leurs élus et à leurs fonctionnaires.

Favori
Post-it
Signaler
Facebook
Twitter
Quelques autres stories sur le même sujet
Precedent
Hasard
Suivant
La random quote ?!
On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.
- FRANÇOIS RUFFIN - Fakir.